fbpx

Les frais administratifs : essentiels à la réalisation de la mission!

Espace idées   •   17 mai, 2018

Une enquête menée par la Fondation Muttart en 2013 a révélé que « près de trois quarts des Canadiens considéraient que les organismes caritatifs dépensaient trop en frais de salaires et d’administration. » Les citoyens interrogés souhaiteraient tout simplement que le chiffre 0 se trouve tout au bout de la ligne des dépenses et que tout l’argent amassé par les organismes soit investi auprès de leurs utilisateurs de service. Mais la réalité est tout autre! Voici pourquoi les frais administratifs sont ESSENTIELS à la réalisation de la mission des OBNL.

Investir pour faire la différence!

Les organismes n’ont d’autre choix que de dépenser pour être efficace et pour assurer la pérennité de leur œuvre. Les frais généraux (ou d’opération) font partie de leur quotidien. Les OBNL, tout comme les entreprises, doivent assumer des dépenses courantes comme le loyer, l’électricité, le matériel informatique, les logiciels, les salaires, les déplacements, etc.  Ils ont besoin d’assurances, de faire produire leurs états financiers, leurs rapports annuels, de recruter des bénévoles et plus encore. Tout ça pour leur permettre d’être présents et de continuer à offrir leurs services à la communauté.

Peu d'organismes sont en mesure de fonctionner de façon efficace sans engager des frais d’administration. Imagine Canada ajoute que « les organismes sans but lucratif qui dépensent trop peu pour leur infrastructure ont une efficacité plus limitée que ceux qui dépensent plus raisonnablement. »

En ce sens, Phil Communications propose dans un article très intéressant une nouvelle façon de percevoir les frais généraux au sein d’un organisme. L’entreprise à mission sociale indique que les frais généraux contribuent à la mission de l’organisme en lui permettant de mettre en place des finances et une comptabilité forte, de meilleures pratiques en matière de ressources humaines, une gouvernance éclairée et efficace ainsi qu’un personnel talentueux et engagé.

Considérer d’autres facteurs

Quand vient le temps de faire un don à un organisme, le donateur ne doit pas seulement se fier au pourcentage de dépenses de l’organisme, mais également prendre en considération d’autres facteurs, comme les bonnes pratiques de gestion, la confiance en la mission et l’impact de l’organisation au sein de sa communauté ou dans le monde.

Voici un exemple très pertinent d'Imagine Canada : « Une personne qui s’oppose catégoriquement à toute dépense en frais généraux est libre de donner de l’argent directement à un jeune dans le besoin. Dans ce cas, la ressource est transférée directement — il n’y a ni intermédiaire ni dépenses supplémentaires, mais il n’y a pas de valeur ajoutée non plus. Les conditions qui ont mené le jeune à vivre dans la rue demeurent probablement les mêmes au moment où le don sera dépensé. La situation est cependant bien différente si cet argent est donné à un organisme qui fournit une formation, des logements à prix modique et qui vient à la défense des droits des jeunes. Oui, les coûts de cette intervention sont élevés, mais ultimement, les chances d’obtenir un meilleur résultat sont accrues si on a investi des ressources supplémentaires. »

Des salaires établis en fonction des compétences!

La question des frais généraux nous amène inévitablement à aborder le sujet de la rémunération des employés des OBNL. Les salaires dans les organismes caritatifs devraient être établis en fonction des compétences, de l’expérience et de la formation nécessaires pour faire progresser le travail de l’organisation.

Si vous travaillez pour un organisme, vous avez surement fait le choix de sacrifier un salaire plus élevé dans le secteur privé au profit de la satisfaction psychologique que vous procure votre travail. Toutefois, sous-payer les employés pourrait nuire aux services d’un organisme si les seules personnes prêtes à accepter un salaire si peu élevé ne sont pas qualifiées pour exécuter le travail.

Pour continuer d’avoir un réel impact dans la communauté, les OBNL se doivent d’attirer les meilleurs talents. Il est aussi primordial de retenir les employés en investissant, entre autres, dans le développement constant de leurs compétences (lire notre article au sujet de la formation), car devoir constamment recruter de nouveaux employés demande un investissement de plus.

By |2018-09-27T13:46:52+00:00mai 17th, 2018|Non classifié(e)|